· 

RLRS : le débrief du playin EU

 

Après une première soirée nord-américaine, c'était au tour des Européens de jouer leur qualification pour compléter les participants à la saison RLRS. 128 équipes, quatre sésames disponibles, de nombreux prétendants et quelques francophones parmi les favoris !

 

 

Les observateurs s'y attendaient. Le seeding a été fait parce qu'il fallait en faire un. Mais compte tenu des dernières semaines où chacune des équipes attendues hier - et elles étaient nombreuses - a eu son moment de gloire, il était compliqué de désigner de véritables favoris. Aussi, lorsque Zebra Nose, seed #8, a sorti Method, seed #1, en demi-finale de leur winner bracket, on s'est dit que tout pouvait vraiment arriver. Mais nous y reviendrons.

 

L'équipe qui a fait forte impression, la seule du top 4 qui a tenu son rang attribué, c'est Triple Trouble. Sur la lancée de leurs performances avec Kassio, Andom et Ronaky ont parfaitement su intégrer Tadpole. Le gallois s'est parfaitement fondu dans le collectif impulsé par ses coéquipiers scandinaves et y a trouvé un rôle de finisseur. Il leur a fallu cinq manches, mais leur victoire face à Zebra Nose est méritée. Ils se consoleront de leurs déboires en Elite Series avec une place en RLRS.

 

 

Dans l'autre partie du bracket, WLF, seed #2 et Epsilon, seed #3, ont chuté prématurément en looser bracket, respectivement face à Pregnant Boys et Taxi Bill, laissant ces derniers jouer leur place en RLRS face à Placebo. Encore une fois, le BO s'est étendu jusqu'à la cinquième manche et a vu la victoire des coéquipiers de McCluvin, élu MVP de la soirée pour une performance étincelante et décisive dans la game décisive. Placebo revient de loin, avec notamment un overtime de plus de 14 minutes face aux espagnols d'x6tence.

 

 

Le looser bracket est toujours le théâtre de belles histoires. Les séries s'enchaînent, les couperets tombent et les survivants ressortent plus forts de chaque série. L'histoire du jour aurait pu être celle d'Hashtag United - Doomsee, Flarke et Data. Trois joueurs qui ne font pas partie des favoris compte tenu de leurs résultats récents, mais trois vétérans de la scène qui ont l'expérience de ces courses d'endurance que représentent les open qualifiers RLCS. A eux trois, ils cumulent six saisons de League Play RLCS à leur palmarès.

 

Pour atteindre leur finale, ils ont enchaîné 5 victoires en looser bracket, dont une dernière très convaincante face à Epsilon, passé à côté de sa journée (3-0, 10 buts inscrits, 0 encaissés). Le coup d'arrêt à l'histoire viendra de Zebra Nose, qui aura patienté plusieurs heures pour jouer sa deuxième chance. Après une première game perdue, le temps de se remettre en jambes, Zensuz, Mout et Neqzo vont peu à peu prendre le dessus, notamment dans une game 3 qui s'est finie sur le score de 7-3. Ils ne laisseront pas passer leur première balle de match, au grand damne de la communauté internationale qui a jeté son dévolu sur Doomsee. Mout et Neqzo joueront donc en RLRS. Ils ont eu le nez creux en s'associant à Zensuz, qui a deux saisons RLCS derrière lui, et qui a été transféré hors d'Excel à l'intersaison.

 

 

Dans l'autre partie du looser bracket, les No Idea de Ghostfire, Dadooh et Kassio ont eux aussi réussi un joli parcours, avec notamment un reverse sweep sur Pleb City (Zeddo, GMS, Gerry Goorlap). Mais l'obstacle Method sera trop haut - défaite 3-1. Dadooh et Ghostfire ne reverront pas les RLRS. Les Method, justement seront la dernière équipe qualifiée, avec une prestation solide face aux malheureux Taxi Bill pour conclure la journée.

 


 

Côté francophone, au-delà des Zebra Nose, No Idea et Epsilon, on saluera les perfs d'Allo (Imaginaxion, Fluzzyx, Rizual), Blur Esports (Toygarcia, Extra, SleWeyy) et NeoMeta (FuuRy, Aztral, Slyex) qui finissent Top 33-48.

 

Les qualifiés