· 

Esport : la question des items d'équipe

 

Deux semaines après LAN Vegas et la fin de la saison 6 des RLCS, l'heure est à la réflexion sur les futures évolutions de l'esport Rocket League. Les interrogations sont nombreuses mais l'une d'entre elles a particulièrement agité les réseaux, celle des items ingame aux couleurs des équipes officielles. Face aux multiples questionnements de la communauté, Psyonix a enfin communiqué sur le sujet.

 

 

Las Vegas, 9 novembre 2018 : Remkoe, EyeIgnite et Metsanauris font leur entrée sur la scène de l'Orleans Arena pour affronter Cloud9 avec, au bout, une victoire qui envoie les futurs champions du monde en lower bracket. Leur maillot ? Un tee-shirt sur lequel on reconnaît la patte de Shitty Watercolour, un artiste britannique connu pour sa passion pour Rocket League. Leur nom ? We Dem Girlz. Trois mots qui n'évoquent rien dans l'esport en dehors de Rocket League. Comment se fait-il que cette équipe, qui défendait les couleurs de la Team Envy la saison précédente, ne soit pas sponsorisée, alors qu'elle fait partie du gratin mondial ?

 

 

Après leur 3ème place à Vegas, Reddit s'interroge : cela va-t-il suffire pour permettre à Remkoe et ses coéquipiers de se trouver une structure professionnelle à représenter ? La réponse plébiscitée par les utilisateurs est sans équivoque : tant que Psyonix n'aura pas mis en place des items ingame aux couleurs des équipes, aucune nouvelle structure de renom ne rejoindra la scène Rocket League. Pessimisme ou réalisme ? Le fait est qu'aujourd'hui, les organisations esport ne tirent de leur présence sur le jeu que de la visibilité, aussi sacrée soit-elle dans la jeune industrie esportive.

 

Des items d'équipes, pour quoi faire ?

 

Des nombreux éditeurs de jeux esport ont eu la brillante idée de mettre à disposition de leurs joueurs des skins aux couleurs d'équipes, moyennant des micro-transactions. Vous le savez, mises bout à bout, ces transactions n'ont plus rien de micro, offrant une source de revenu considérable aux éditeurs qui, utilisant l'image des équipes professionnelles, partagent donc ces revenus avec ces dernières.

 

Présentée de la sorte, la problématique est simple : de tels systèmes existent déjà, il suffit de s'en inspirer et de les adapter à Rocket League. Hop, on crée une caisse, on y met quelques décals, bannières ou drapeaux aux couleurs de Cloud9, G2, Dignitas et consorts, et le tour est joué. Lawler, Doomsee, Jamesbot... Toute la communauté y est allée de son avis. Hector Rosario, fondateur de Flipsid3 Tactics, présent sur Rocket League depuis ses prémices, a lui fait part de sa frustration de ne jamais avoir réussi à discuter avec l'éditeur sur le sujet. Il se dit également que l'ensemble des responsables d'équipes esport ont envoyé une lettre commune à Psyonix pour les interroger sur le sujet.

 

Psyonix sort de son silence

 

C'est dans un post de blog, le 2 novembre dernier, que Josh Watson, directeur des opérations esport chez Psyonix, a enfin donné quelques éléments de réponse. Nous apprenons que les modèles de micro-transaction existants (DLC et caisses à ouvrir avec des clés) sur Rocket League ne sont pas adaptés, aux yeux de Psyonix, à l'intronisation d'items esport. Là où la communauté voit une mise en place aisée, Watson affirme que les choses ne sont pas aussi simples.

 

Comme souvent avec le studio de San Diego, patience sera le maître mot : l'équipe travaille actuellement sur le modèle le mieux adapté pour s'assurer que toutes les parties prenantes y trouvent leur compte. Dans l'ombre, Psyonix a avancé et annonce la mise en place des items d'équipes avant la LAN de la saison 7 des RLCS. Les détails (partenaires, répartition des revenus, type d'items...) seront connus dans les mois qui viennent.

 

Peu d'informations concrètes, mais de quoi rassurer la communauté et calmer la fronde, au moins temporairement. On commence à en avoir l'habitude : Psyonix prend son temps pour faire les choses à sa façon, toujours avec précaution. Il faudra donc attendre 2019 pour en savoir plus sur cet aspect qui devrait emmener l'esport Rocket League dans une nouvelle dimension.

 

Par Boyan