· 

Dossier Play-in Rival Series : les français et les équipes à suivre !

 

Comme à chaque édition, le Play-in Rival Series va donner le coup d'envoi de la saison RLCS. 128 équipes vont s'élancer dimanche 31 mars prochain pour seulement 4 places en RLRS. Rocket Baguette fait le point sur les français engagés et les équipes à suivre !

 

 

C'est désormais une tradition : la saison officielle RLCS / RLRS démarre avec le Play-in, ce parcours du combattant qui réunit les 128 meilleures équipes européennes - hors équipes RLCS et équipes déjà RLRS. Les histoires de l'esport Rocket League commencent ici, avec cet interminable bracket à élimination double qui n'offre que 4 petites places dans le circuit officiel de Psyonix.

 

Avant chaque Play-in, tous les espoirs sont permis pour les 128 valeureux engagés. Les meilleures équipes ne sont pas à l'abri d'un jour sans et les moins attendus peuvent être touchés par un état de grâce.  Tous sont à la recherche de la reconnaissance qu'apportera une apparition sur le premier broadcast officiel de la saison.

 

 

Avec 46 joueurs, la France se place comme la troisième nation la plus représentée, derrière l'Angleterre et l'Allemagne. Déjà sur-représenté dans la première division RLCS, l'hexagone peut espérer placer quelques têtes en RLRS. Comme d'habitude, on vous a sélectionné les équipes à suivre et avons recensé les joueurs francophones à encourager.

 

Les favoris

  • Finalistes de la Renegade Cup en février dernier, les espagnols d'ARG brassent parfois le chaud, parfois le froid. A leur actif également, une victoire face à Renault Vitality en closed qualifier DreamHack Leipzig en janvier.
  • L'anglais Shakahron est le seul joueur à avoir participé à toutes les saisons RLRS. Avec Godsmilla, ils totalisent à eux deux 5 saisons : la team AYYY a l'expérience de son côté.
  • Pour la première fois de l'histoire, Paschy90 ne participera pas à une saison RLCS. L'allemand est finalement sorti de sa retraite anticipée pour tenter sa chance aux côté de son vieil acolyte Killerno7 ainsi que de Stocki sous le nom de BuzzerBeaters.
  • A chaque apparition, les May Contain Nuts séduisent. Le trio se compose de Jwols, ex sub chez F3, Arju, le Bluey italien, et l'anglais Eekso, reconnu sur la scène 1v1.
  • Evincé des RLRS la saison dernière, Nordavind compte bien retrouver sa place, notamment avec le recrutement de Sebadam à la place de Godsmilla.
  • Les Rightovers vont-ils faire vivre l'héritage des Leftovers ? Avec le vétéran Skyline, Bilbo et Calix, cette équipe a de quoi se glisser dans le top 4.
  • Les Scooby Snacks ne sont pas passés loin d'une qualification pour la DreamHack Leipzig. Le vétéran Zensuz se retrouve aux côtés des jeunes Noly et Monkey Moon, joueur prometteur de la scène française.
  • Révélation de la dernière DreamHack Leipzig, la Team Echo Zulu est désormais attendue en RLRS. Tahz, Mittaen et Impact parviendront-ils à confirmer ?
  • Enfin, avec Didris, Flarke et Waffle, les Wait What ont une équipe expérimentée tout à fait capable d'aller chercher la qualification.

Les Baguettes

 

Les joueurs français sont présents en nombre. Avec leur roster RBRS ou bien esseulés au sein de teams étrangères, voici tous les français engagés !

  • All Blue Esport : l'une des découvertes de la saison 3 des RBRS fait directement son entrée dans le top 128 EU !
  • Apologis Esport : intraitables en Rising League RBRS avec un sans-faute en saison régulière, Apologis va tenter de prouver sa valeur dans la cour des grands.
  • AS Monaco Esport : est-ce enfin la saison de l'AS Monaco ? L'équipe a été remaniée à l'intersaison, avec notamment le recrutement de HoOups en provenance du FC Nantes.
  • Baguette Squad : discrets dernièrement, Extra et ses acolytes ont su convaincre Unknow, un temps parti du côté de Villareal, de tenter l'aventure RLRS avec eux. Dans un bon jour, cette équipe peut créer la surprise.
  • Exalty : il y a un an, D7 faisait parti des favoris pour la qualification avec Epsilon, mais n'a pas su confirmer. Il revient aujourd'hui avec Exalty, un nom à qui tout sourit, aux côtés notamment du talentueux Yukiss et sous la direction de Coach Rasmelthor lui-même.
  • HDKN Gaming : des joueurs qui n'en sont pas à leur premier Top 128.
  • Lausanne Esport : deux ans après l'affaire Itachi, Hello et Classic' repartent à nouveau ensemble, cette fois avec Lausanne Esport.
  • Les Plus Beaux : deuxième de la Star League Blue RBRS, le roster a implosé en cours de saison. Si les joueurs venaient à orienter leur énergie contre leurs adversaires, pourquoi pas ?
  • Metaleak : des habitués du rendez-vous, une bonne entente sur et en dehors du terrain.
  • Murder Melody : Scal et Kérian, c'est un duo explosif 100% approuvé par Rocket Baguette.
  • Team Delta : victorieuse de Lausanne Esport en open qualifier, l'équipe évoluera sans le rap god FuuRy, aussi à l'aise au micro que dans sa Dominus.
  • Team Oplon : les anciens Venture continuent de progresser discrètement, en chemin vers le succès.

 

En plus de ces équipes à majorité francophone, quelques "expatriés" ont trouvé le chemin de ces Play-in au sein d'équipes internationales. Morgz sera notamment accompagné de Flubsay, BatOu s'est glissé auprès des espagnols de Fekyx (quart de finalistes RBRS S2), Darkness est aux côtés de Seebrify, et Iryzer accompagnera les néerlandais Snizzle et Mojo Bobo, découverts durant le Rocket Baguette Grand Prix.

 


La bulle

 

Le niveau européen est resserré et de nombreux excellents joueurs sont disséminés un peu partout. Nous vous avons sélectionné une grappe d'équipes composées de joueurs confirmés, que l'on retrouve régulièrement dans les derniers tours des compétitions européennes. Auprès de certains noms connus, on retrouve des noms qui le sont moins : la nouvelle génération de joueurs se fait, petit à petit, une place au sein de la famille du subtop EU. Au sein de cette bulle, difficile de prévoir les équipes qui sauront tirer leur épingle du jeu.

 

Le suédois Cheerio, vainqueur du Trophée Randstad.game à Paris en novembre dernier, apportera son expérience aux anglais Breezi et Tehda au sein de Childish Gambimbam. Doomsee sera lui derrière son trio 100% british d'Intellectuals, à la recherche de la gloire passée. Rafro et Caro, ses anciens coéquipiers, seront aux côtés de Polar. L'ancien de GF Gaming retrouvera peut-être sur son chemin ses ex-teammates italiens, qui arborent de nouveau leur nom historique, Team WLF. D'autres italiens seront à surveiller d'après l’œil avisé de Gaspow, les Notorious Legion, auteurs de bons résultants dans les tournois Rocket Royale improvisés, comptant pour le seeding du bracket.

 

Les espagnols seront présents en nombre, avec les clubs de Getafe et Villareal (qui joue sous le nom de Team Endurance), mais aussi le Crazy Crew du jeune Dmentza avec le Bim Bam originel, Wolfsonthemoon. Le belge Faykow portera les couleurs de Sector One, aux côtés de son compatriote Eversax et d'Espumita. Zeddo et Gnagflow ne nous gâtent pas, avec une team 100% allemande au nom difficile à envisager.

 

Après trois saisons en tant que remplaçants chez Fnatic, le tchèque Lauty retrouve le terrain sous le nom de Stratus. Les ex-Mcon, plutôt performants dernièrement, ont été laissé libres par leur structure et s'appellent pour l'occasion Dutch Bim Bam. Enfin, un petit mot pour JHZER, qui tente de nouveau sa chance après une pige de sub chez Dignitas, avec le célèbre OSM.

 


 

Le Play-in EU sera à suivre en anglais à partir de 18h, le dimanche 31 mars prochain, sur twitch.tv/rocketleague.

 

Le bracket

 

Par Boyan