· 

Rocket Pass 3 : les Challenges en détails

 

Dès la semaine prochaine, les furieux pourront commencer à grinder leur troisième Rocket Pass, et ce en jouant mais aussi en remplissant des Challenges hebdomadaires plus ou moins relevés.

 

 

Mercredi 17 avril, aux alentours de 19h : au moment où des centaines de milliers de joueurs lâchent leurs 10 clés dans le nouveau Rocket Pass, on sabre les tubes de citrate de bétaïne chez Psyonix. Il faut dire que l’ouverture de la boutique esport, la veille, s’est probablement soldée par l’assassinat du minibar et quelques sideflips sous les tables de l’open space.


Mais revenons au Rocket Pass.

 

Comme la dernière fois, il propose 70 niveaux et deux pistes, une gratuite et une premium. C’est évidemment cette dernière qui nous intéresse, avec des récompenses une nouvelle fois réservées aux flambeurs - qui auront toutefois pu quasiment valider leur ticket grâce aux clés « offertes » par le second RP. Au menu, une avalanche de choses à débloquer et un thème général, les lames, qui influence le design de certains objets. La nouvelle Battle Car, baptisée Guardian, se décline tout comme le boost Slash Beam sur trois tiers de plus en plus détaillés. La limite est en revanche fixée à deux tiers sur la majorité des items, histoire selon Psyonix d’avoir une différence plus marquée entre les évolutions. Roues Ved-Avai, explosion Force Razor, topper « Salty », peinture animée en feux d’artifices, il y a du bon et de l’ordinaire (ou du déjà-vu) dans le lot. On retient l’explosion « poof », toute en retenue avec son minuscule nuage de poussière et le bruitage qui va avec : sans doute un futur must. Au-delà du niveau 70, on ne change pas une formule gagnante et ce sont donc des déclinaisons certifiées et/ou colorées des objets de base qui tomberont.

 

 

Plus intéressante, l’apparition des Challenges est LA véritable nouveauté de cette mise à jour. Conçus pour donner un peu de peps aux sessions et pour accélérer la progression du Rocket Pass, ces missions hebdomadaires semblent avant tout destinées aux grands débutants sur Rocket League. Chaque semaine, ce seront donc six Challenges – trois gratuits, trois premium – qui offriront une poignée de points de Rocket Pass à ceux qui les auront remplis. Et dix points, c’est un niveau supplémentaire, un objet qui tombe et le sentiment de rentabiliser son investissement un poil plus vite qu’en jouant simplement.


Pour ce qu’on a pu en voir, les objectifs sont extrêmement simples : porter un item particulier, utiliser une expression x fois sur dix matchs, marquer des points… On salue l’idée de ne pas trop spécialiser les missions, tant on imagine l’effet dévastateur d’un « marquer 10 buts en marche arrière » sur le déroulement de nos matchs. Pour autant, on tremble un peu devant la naïveté du studio, qui entend encourager les comportements positifs mais propose de spammer « Wow ! » ou « Quel arrêt ! » sur 10 games sans se rendre compte que la majorité de ses emotes est utilisée de manière ironique et toxique.

 

 

En attendant de facepalmer jusqu’au coude, on terminera sur une note plus positive en rappelant que la mise à jour proposera aussi une poignée d’effets visuels (filtres, profondeur de champ…) pour embellir vos replays sans passer par la case du logiciel spécialisé. Les versions consoles auront quant à elle droit au HDR, et tout le monde pourra aller regarder les nouveaux drapeaux Monstercat, ne serait-ce que pour faire disparaître l’icône « nouveauté » de l’inventaire.

 

Par EdWarner