RLCS X : Clap de Fin

Les RLCS X Championship, c'était la dernière étape de cette année de Rocket League. L'occasion pour nous de faire le point, et d'élire les grands vainqueurs de la saison ! Vous avez raté ça ? Faisons un rapide retour sur l'événement.
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook

RLCS Saison X, pari réussi ?

Marquée par la crise sanitaire mondiale, l’année 2020 a changé la face du monde sur bien des aspects. Rocket League n’y aura pas échappé. À l’aube du printemps, les finales mondiales de la saison 9 sont annulées, remplacées par les Spring Series, puis une série de tournois communautaires… Mais ensuite ? Comment relancer les RLCS, compétition phare ?

Revoir entièrement la structure même de la compétition. C’est le choix qu’a fait Psyonix. Tout d’abord, le format biannuel en place depuis des années est totalement balayé. À sa place, trois splits, suivant les périodes relatives au climat. L’un pour l’automne, l’un pour l’hiver, et le dernier pour le printemps. Dans chacun, trois tournois par région rapportant des points, permettant de se qualifier à la compétition internationale de fin de split. COVID oblige, aucune de ces compétitions majeures n’a eu lieu.

Durant chacun des splits, un format différent a été choisi. Dans le premier, ce sont des rondes suisses qui permettaient de se qualifier dans l’arbre final. Dans le second, c’est un double arbre, très répandu dans l’esport qui a été privilégié, réintroduisant par la même occasion la possibilité de bracket reset. Enfin, pour conclure la saison, des phases de poules permettaient de rejoindre une étape intermédiaire. À son issu, ne restait que les 8 meilleures équipes du tournoi pour se disputer les points.

Ces choix ont abouti à des opinions partagés. Chacun de ces formats avaient des avantages, et des inconvénients. Était-ce une année test pour les RLCS ? C’est tout à fait possible. Néanmoins, jamais Psyonix n’avait injecté autant d’argent dans une année de compétition. Près de 4 500 000 $ répartis sur l’ensemble des continents durant toute l’année !

D’un autre côté, une autre décision majeure a secoué la scène cette année. Rocket League est devenu free to play ; faisant traverser au jeu une véritable vague d’engouement. Le nombre de joueurs, de tournois, et les audiences ont littéralement décollé ! À tous les niveaux, la consommation de Rocket League n’avait jamais été telle.

RLCS X – Championships : le point d’orgue de l’année !

Arrivant au terme de la saison, les Championships avaient la lourde tâche de remplacer les championnats du monde initialement prévus. À l’image de sa saison, Psyonix a du innover. Et la tâche était rude. Subvenir à la soif des passionnés qui se passent de compétition internationale et de l’atmosphère enivrante de LAN depuis plus d’un an semblait difficile. Et pourtant…

Une semaine de Rocket League, en Europe et en Amérique, les 6 meilleures équipes s’affrontent. Des Best of Sets, des matchs de plusieurs heures… À l’imaginer, certains étaient sceptiques. Arriverions nous à rester accroché par une seule affiche pendant deux heures d’affilées ?

Il n’en a fallu qu’un, pour que les plus réticents soient convaincus. L’équipe française Solary affronte en match d’ouverture les espagnols de la Team Queso. Après près d’un mois sans compétition en Europe, les joueurs sont tels des fauves sur le terrain. Les espagnols remportent le premier set 3-1, avant de subir le même score dans le second. Dès le premier match, les Best of Sets prennent tout leur sens. Dernière rencontre, après deux heures de matchs intenses, et aux termes de 8 minutes de prolongation, Queso l’emporte. Les spectateurs reprennent leur souffle, les francophones sont dévastés. C’est la fin de Solary dans ces RLCS X.

À peine le temps de se remettre de nos émotions, que la soirée continue ! Plus tard, le coup de sifflet retenti… Mais de l’autre côté de l’Atlantique cette fois ! En effet, chaque journée verra s’affronter et des équipes européennes, et des équipes américaines ! De quoi contenter les fans de chaque continent et donner un petit air d’événement international à la compétition.

Océanie & Amérique du Sud : les petites régions aussi à l’oeuvre

Sur ces deux continents, ce sont les deux meilleures équipes de chaque continent qui se rencontrent. Du côté Océanien, c’est Ground Zero Gaming, qui après avoir dominé l’ensemble de la saison, remporte la grosse mise. L’équipe menée par Torsos après s’être inclinée dans le premier set du match, retrouve ses couleurs pour infliger un sévère 4-1 / 4-0 à Cringe Society, tout simplement en dessous dans la rencontre.

De l’autre côté du Pacifique, True Neutral affronte FURIA. Une rencontre bien connue, les deux équipes ayant survolé l’entièreté de la saison. Cependant, c’est True Neutral qui la termine sur la plus haute marche… C’est donc logiquement qu’ils remportent haut la main cette finale, bien que très disputée par leurs adversaires Brésiliens.

L’Europe, deux équipes au dessus du lot

Sur le vieux continent, outre l’écurie suisse BDS et les abeilles de Vitality, deux équipes font particulièrement peur. Guild Esport, vainqueurs du dernier événement mineur, et demi-finaliste du major de printemps font définitivement partie des équipes en forme. C’est même la dernière équipe a avoir battu BDS en compétition officielle. Conscient de leur état de forme actuel, Noly, le joueur star de l’équipe, n’avait pas hésité à le mettre en avant sur ses réseaux. Par la même occasion, il n’avait pas hésité à remettre en question le niveau de jeu des plus anciens de la scène… En aurait-il trop dit ? L’équipe passe totalement à côté de sa compétition. Battus dans un premier temps par Top Blokes (1-3 / 0-3), ils subissent le même sort face à la Team Queso (2-3 / 0-3). L’équipe anglaise finit 5ème des RLCS X en Europe ; déception.

Pour la suite… C’est l’entrée des deux meilleures équipes européennes de la saison. On a alors affaire à deux matchs à sens unique. Dans un premier temps, la Team BDS ne fait qu’une bouchée des espagnols de Queso. L’écurie suisse est tout simplement trop forte. Ils n’ont perdu que 8 rencontres cette saison, qui peut être capable de les vaincre deux fois d’affilé ? En voyant seulement cette demi-finale, les RLCS X paraissent joués d’avance… BDS est tout simplement invincible.

Mais pour se dresser face à eux, il y aura leur rival de toujours. Les abeilles françaises évoluent dans leur centre d’entraînement du stade de France pour l’occasion. Et Vitality a les crocs. Après cette saison durant laquelle ils n’auront ramassé qu’une seule miette derrière BDS, à la fin de l’automne, les Français veulent briller à nouveau. Dans leur demi-finale, Top Blokes n’y arrive pas. Les abeilles sont rapides, et piquent. Le haut de forme tombe, ce sera l’affiche la plus désirée par les spectateurs français en grande finale.

Grande Finale Européenne : l’affiche ultime

Que rêver de mieux ? Vitality affronte sa bête noire, meilleure équipe européenne actuelle, la Team BDS. On le sait tous : Kaydop est toujours incroyable lors des moments les plus importants. Durant toute l’année, Vitality s’est fait marcher sur les pieds. Eux qui étaient, sans contestation les numéros 1 à l’aube des RLCS X, sont désormais numéros 2. Mais avoir un tel géant, un tel rival sur le continent ne peut apporter que du bon. Pour en venir à bout, il faut se surpasser, s’entraîner jour après jour, les agresser, les forcer à commettre des erreurs… Et les abeilles ne l’ont jamais aussi bien fait !

Confiants et offensifs, Vitality punissent dans le premier set. Oui, la Team BDS commet des erreurs. Tous les spectateurs sont surpris… L’équipe suisse rate des passes, certaines lectures sont imprécises. Le titan flanche ! Au plus mauvais moment, la pression et l’attente se fait ressentir sur l’équipe. BDS se fait sweep, du jamais vu cette saison !

Les suisses ont pris un coup derrière la tête, c’est certain. Mais ils ont la possibilité de revenir dans le match. C’est ce que tout le monde désire, eux qui méritaient tant cette victoire après avoir réalisé une saison si parfaite ! Dans les premières parties du deuxième set, l’équipe revient changée sur le terrain. Ils retrouvent petit à petit leur jeu familier, leur domination habituelle… Après qu’ils aient remporté les deux premiers matchs, on pense Vitality retombée dans ses travers, et beaucoup de personnes espèrent le set décisif. Mais c’était sans compter sur le mental d’acier de l’équipe française. Pas à pas, ils reviennent, remportant chaque rencontre d’un petit but. Les abeilles décrochent la première balle de match, en proposant leur plus belle prestation de la saison. La Team Vitality est à 5 minutes d’être sacrée championne d’Europe !

La pression est palpable. Sur le terrain, on sent les six joueurs maitriser leurs prises de risque. Personne ne veut commettre la faute qui leur serait fatale. Alpha54, jeune prodige mécanique prend alors les devants : à la moitié du temps de jeu, il inscrit tout seul l’un des buts les plus important de sa carrière. Et quel but !
Assommés, les suisses ne reviendront jamais dans le match. Enfin, ils ont leur titre : Vitality sont champions d’Europe !

L’Amérique du Nord : des géants tombent

Dans le nouveau monde, une chose est sûre : les scénarios probables sont bien plus vastes qu’en Europe. Et pourtant…
Rogue, qui a réalisé un incroyable milieu de saison, peut faire peur. Mais ces derniers temps, ils ont du mal à se faire une place parmi les cadors du continent. Le facteur Firstkiller pourra-t-il faire la différence ? Ce jeune prodige est capable de merveilles. Pourtant, dans leur rencontre face à Spacestation et G2, l’équipe ne trouve pas de solution. Ce sont ces derniers qui décrochent leur ticket pour le top 4.

Les deux demi-finales sont alléchantes, et contrairement à l’Europe, on y retrouve tous les blasons les plus attendus du début de saison ! Les anciens se sont définitivement maintenus au top niveau. Cependant, un joueur semble les avoir rejoint. Souvenez-vous, il y a quelques semaines, le légendaire Rizzo laissait sa place sur le terrain à Dreaz, le sub de G2. Depuis, l’équipe a totalement changé de visage. Elle est devenue l’une des plus dangereuse du continent. Mais en demi-finale, ils affrontent les favoris, la meilleure équipe de la saison régulière : NRG.

Leur rencontre fait des étincelles. Au terme d’un des matchs les plus spectaculaire de l’année, NRG, champions du monde en titre, s’impose… mais qu’est-ce qu’ils se sont fait peur ! Après avoir remporté la première rencontre 4-3, ils ont vu leur adversaire revenir à hauteur… Avant de s’imposer 4-2 dans l’ultime set.
Quelle performance de la part de Chicago, Jknaps et Dreaz qui n’évoluent que depuis quelques mois ensembles !

Dans l’autre demi-finale, Envy, second de la saison régulière, se retrouve face à SSG. Sur le papier ? Envy sont les plus attendus. Avec Turbopolsa en son sein, quadruple champion du monde, il nous est impossible d’imaginer qu’il ne participera pas à la Grande Finale… et pourtant. Ce sont bien les SSG qui l’emportent ! Après une première série extrêmement serrée, remportée en prolongation par Sypical et ses coéquipiers, la Team Envy s’écroule dans le match suivant. Les astronautes décrochent leur ticket sur le score de 2-0.

Grande Finale Nord-américaine : la meilleure équipe du continent

Pour la toute dernière rencontre des RLCS X, c’est une affiche déjà vue qui s’offre à nous ! Durant la finale du Major d’Automne, Spacestation s’était imposé ! Mais aujourd’hui, la marche est bien plus haute… Depuis quelques mois maintenant, NRG s’élève au dessus des autres équipes du continent ! L’équipe de Retals parviendra-t-elle à déjouer le jeu de ses adversaires ?

Dès les premières parties, NRG prend les devants. Chaque joueur de l’équipe est capable de créer des différences, des décalages. Assaillie de toute part, Spacestation recule et concède. Le premier set leur échappe… 4-2 pour The General NRG ! Contrairement au vieux continent, les favoris, NRG semblent parfaitement prêt pour leur match. Bien que battants sur le terrain, il est difficile de voir les astronautes faire tomber le géant qui se dresse devant eux.

En effet, le second set repart sur les mêmes bases. À nouveau, l’équipe de Squishy domine, et fait craquer ses adversaires. Après deux victoires, on n’imagine plus les Spacestation revenir. Dans un ultime sursaut d’orgueil, ils s’emparent néanmoins de la troisième partie, avant de s’incliner après quatre minutes de prolongation dans la 4ème… C’était le coup fatal. NRG sont champions d’Amérique du Nord !

Et maintenant ?

Les RLCS X sont désormais dernière nous. En une saison, le visage de Rocket League a changé, et de nouvelles figures ont fait leur apparition en haut des affiches, aux côtés des cadors. Mais jamais la rivalité entre les deux continents n’a été aussi forte. Désormais, les regards sont tournés vers l’intersaison, et les prochains RLCS.
Comment la saison XI va-t-elle faire évoluer un format qui devait porter Rocket League au plus haut rang de l’esport mondial ? Cette saison marquera-t-elle le retour des confrontations internationales ?
C’est tout ce que nous souhaitons.

Cette saison s’achève pour laisser place à une saison estivale calme. Les RLCS seront de retour vers Septembre, en attendant restez connectés sur Rocket Baguette & tous nos réseaux pour vous tenir informé de l’actualité d’inter-saison.

Un debrief vidéo de cette saison, avec des invités de marque, ça vous intéresse ? Rendez-vous dans le dernier Baguette Flash de la saison ce soir à partir de 20h30 sur notre chaine Twitch !