Édito – Rocket League, l’Esport Tier 1 ?

Nous venons de vivre douze mois d'esport Rocket League qui ont profondément bouleversé la face de la scène compétitive. Cette année d'expérimentation et de découvertes a posé des fondations saines et vertueuses qui pourraient faire de notre discipline un véritable leader de l'esport.
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook

Le visage de l’esport Rocket League a été complètement transformé par cette intense saison de RLCS. Avec son format inédit, la dixième itération de la compétition phare de la discipline nous a offert un nombre incalculable de joutes entre les meilleurs joueurs du monde, permettant un véritable bouleversement des rapports de force, particulièrement en Europe. Il y a un an, Psyonix annonçait les RLCS X et son choix d’abandonner le modèle de ligue fermée au profit d’un circuit de tournois ouverts, permettant une accélération de l’histoire. Nous avons ainsi été témoins de la chute d’anciennes gloires (Kuxir97 & Kronovi, on pense à vous), de l’éclosion de nouveaux talents (ces fous de Queso) et de l’avènement des espoirs, Team BDS en tête. Sans aucun doute, les trois splits auront permis aux meilleures équipes de s’illustrer et le classement final à l’issue du troisième et dernier split est représentatif des meilleures équipes. Qui que vous soyez, si vous êtes parmi les meilleures équipes d’Europe, ce format des RLCS vous permettra de le prouver.

Il ne manquait plus qu’une LAN internationale pour conclure cette saison en feu d’artifice, mais la vie ne nous donne pas toujours ce que l’on veut. Inutile de revenir là-dessus, il ne nous reste qu’à espérer que Psyonix soit en mesure de mettre en œuvre son plan initial la saison prochaine, c’est à dire la tenue de Major internationaux en LAN en conclusion de chaque split. A l’heure actuelle, aucune information n’a filtré sur la saison 2021/2022, la onzième depuis la création des RLCS, mais l’optimisme semble de mise.

De notre côté, cette saison a été un long marathon avec près de 500 heures de direct et des audiences toujours plus élevées, même si l’annonce de l’annulation des Worlds a quelque peu freiné la hype autour des RLCS et de Rocket League de manière générale. Plus de 35.000 personnes assistaient sur Rocket Baguette à la finale du deuxième major entre Vitality et BDS, une performance que nous n’avons pas réussi à réitérer sur le troisième split ou sur le Championship final. Là aussi, ce n’est que partie remise. Vous et nous n’attendons qu’une seule chose : le retour des LANs.

Cette saison aura été marquée par un renforcement de notre relation avec Psyonix. Après avoir organisé le Summer Grand Prix, pour 40.000$ de cash prize en juillet dernier, l’éditeur a conforté sa confiance en nous en nous confiant les clés du stream C des RLCS sur notre chaîne anglophone, The Rocket, sur laquelle nous avons pu exhiber notre overlay personnalisé. Nous avons de surcroit accompagné les deux meilleures équipes du continent, Vitality et BDS, sur les tournois The Grid en marge des RLCS. Pour résumer : ça n’a pas chômé du côté de nos casters qui ont tenu la baraque malgré le rythme effréné. Nous sommes chanceux et fiers, sur Rocket Baguette, de notre équipe de commentateurs passionnés.

La passion se retrouve aussi de manière pléthorique derrière la caméra, avec une formidable équipe qui oeuvre pour vous assurer la meilleure expérience, à vous, les fans. On ne les remerciera jamais assez : Asset operators, Community Managers, Rédacteurs, Modérateurs, Graphistes, Développeurs, Monteurs, Admins… Ils sont tous beaux, ils sont tous là, et ils ne comptent pas leurs heures lorsqu’il s’agit de faire rayonner l’esport Rocket League en français.

C’est justement la mission des RBRS, la plus grande ligue du monde sur notre jeu favori. Cette septième saison est celle de tous les records, avec plus de 2.300 joueurs inscrits dans 676 équipes. Plus que jamais, c’est le projet de Rocket Baguette qui a le plus de caractère et de saveur. C’est le plus compliqué aussi, avec ses nombreux défis techniques pour gérer une compétition de cette ampleur sur près de trois mois. Tout cela ne serait pas possible sans notre incroyable armée d’admins RBRS.

Vous l’aurez remarqué, depuis cette saison, la Star League a désormais sa propre identité. On ne vous le cachera pas : la ligue est à la recherche de la légitimité de pouvoir fièrement porter le titre de Championnat de France de Rocket League. Le soutien de Psyonix cette saison représente un pas supplémentaire dans cette direction et en coulisses, nous nous activons pour emmener la division reine des RBRS encore plus loin.

Cette première partie d’été est marquée par l’Intel World Open, le tournoi Rocket League en marge des Jeux Olympiques de Tokyo. Malheureusement, Rocket Baguette ne participera pas à la fête, l’organisation ayant choisi de ne diffuser qu’en anglais.
Le planning estival s’annonce léger, mais les lives ne s’arrêtent pas pour autant, puisque nous aurons le plaisir de diffuser les tournois de nos amis de Nicecactus. Vous le savez, c’est là que s’illustrent les jeunes loups de l’esport Rocket League avant d’aller créer les surprises en RLCS. De quoi vous faire patienter jusqu’à la rentrée.

Septembre prochain devrait marquer une nouvelle étape pour Rocket Leaguej’ai confiance, la malédiction du caster ne s’abattra pas sur moi. Après le boost du free-to-play en septembre dernier, nous sommes convaincus que le retour des LANs va montrer un nouveau visage – le plus beau – de l’esport Rocket League, à tous les nouveaux qui nous ont rejoint ces derniers mois, pour consolider la position de notre discipline et l’amener parmi les jeux Tier 1. Et qui sait, peut-être que d’autres éléments vont contribuer à la hype (comme, par exemple, l’arrivée d’une nouvelle structure francophone sur la scène compétitive…) qui sait ?

Chez Rocket Baguette, nous attendons toutes ces choses là de pied ferme, plus excités que jamais par les histoires d’esport Rocket League que nous serons amenés à vous conter.
Merci pour cette saison !